Agenda

Août
6
sam
2022
Zazie et Zazou @ Les Diablerets, Salle du Congrès
Août 6 @ 20 h 15 min – 22 h 00 min
Zazie et Zazou @ Les Diablerets, Salle du Congrès

Zazie et Zazou c’est d’abord un music-hall dans sa poche avec…
…Trois petites notes de musique au coeur de désirs plus ou moins avoués. Et puis, des chansons nettes qui se foutent des hashtags. Le consentement mutuel est un préalable à une viscéralité festive, sans aucun a priori, qui rend ici les interdits possibles. Puis, quand l’onirisme s’allume aux feux de la rampe, c’est comme un Paris flamboyant qui se jette sur scène à corps et à cœurs perdus. Pastiches, truculentes ou réalistes, les chansons s’imposent alors comme autant de miroirs orphiques d’une époque qui reflète pourtant si bien la nôtre. Sous leur aspect bon enfant, elles révèlent les désirs caché dans une poésie naïve qui masque une subversion raffinée, portant l’émancipation d’une liberté chérie. Tissons avec le public ce doux sourire à la commissure de nos lèvres, et ne trouvons plus aucun mal à se faire du bien.

« Je te plais, tu me plais.
Viens donc beau militaire,
dans un train de banlieue
on partait pour Cythère,
On n’était pas tenu même
d’apporter son coeur…
Mais quand, par-dessus
le moulin de la Galette,
elle jetait pour vous
sa parure simplette,
C’est Psyché tout entier
qui vous sautait aux yeux… »
(Georges Brassens)

Sarah Pagin et Christian E.C. Baur (chant)
Atena Carte (piano), Larisa Strelnikova
Pierre-André Gamba (mise en scène)

 

Oct
1
sam
2022
Zazie et Zazou @ Le Bec, Bière
Oct 1 @ 20 h 00 min – 21 h 30 min
Zazie et Zazou @ Le Bec, Bière

Zazie et Zazou c’est d’abord un music-hall dans sa poche avec…
…Trois petites notes de musique au coeur de désirs plus ou moins avoués. Et puis, des chansons nettes qui se foutent des hashtags. Le consentement mutuel est un préalable à une viscéralité festive, sans aucun a priori, qui rend ici les interdits possibles. Puis, quand l’onirisme s’allume aux feux de la rampe, c’est comme un Paris flamboyant qui se jette sur scène à corps et à cœurs perdus. Pastiches, truculentes ou réalistes, les chansons s’imposent alors comme autant de miroirs orphiques d’une époque qui reflète pourtant si bien la nôtre. Sous leur aspect bon enfant, elles révèlent les désirs caché dans une poésie naïve qui masque une subversion raffinée, portant l’émancipation d’une liberté chérie. Tissons avec le public ce doux sourire à la commissure de nos lèvres, et ne trouvons plus aucun mal à se faire du bien.

« Je te plais, tu me plais.
Viens donc beau militaire,
dans un train de banlieue
on partait pour Cythère,
On n’était pas tenu même
d’apporter son coeur…
Mais quand, par-dessus
le moulin de la Galette,
elle jetait pour vous
sa parure simplette,
C’est Psyché tout entier
qui vous sautait aux yeux… »
(Georges Brassens)

Sarah Pagin et Christian E.C. Baur (chant)
Atena Carte (piano), Larisa Strelnikova
Pierre-André Gamba (mise en scène)